13 décembre – Whiplash

Concert d’ouverture avec le groupe JAZZ UP Trio

Date de sortie : 24 décembre 2014

Durée : 1 h 47

Réalisé par Damien Chazelle

Avec Miles Teller, J. K. Simmons, Paul Reiser,…

Genre : Drame musical

Nationalité : Américaine

« Un très bon film mais pas sympathique du tout » (LES INROCKS)

Synopsis : Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraine avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence…

« Si la plupart des films musicaux, surtout ceux sur le jazz, montrent une musique émancipatrice et le reflet de l’âme profonde de l’interprète, Whiplash est une descente aux enfers physique et morale, la batterie apparaissant avant tout comme un instrument de torture. En écrivant le scénario, Damien Chazelle s’est souvenu de sa propre expérience de batteur dans un lycée du New Jersey sous la houlette d’un autre tyran de big band, tout en puisant des anecdotes dans les biographies de Buddy Rich ou Miles Davis, loin d’être des enfants de choeur avec leur groupe. Quel est le prix à payer pour atteindre l’excellence ? Combien faut-il donner de soi-même pour s’extraire de la médiocrité ordinaire ? Quelle part d’humanité sacrifier à la quête de la beauté ? Plus proche de Full Metal Jacket ou de Rocky que de La Mélodie du bonheur, rythmé comme un solo de batterie et intense comme un match de boxe, Whiplash mène le spectateur à la baguette jusqu’à un final musical en apothéose qui le laissera épuisé et heureux. « Coup de fouet » certes, mais avant tout coup de maître. » (Thomas Mahler, LE POINT)

Bien que Miles Teller soit batteur depuis ses quinze ans, il a dû prendre des cours à raison de quatre heures par jour, trois fois par semaine, pour parfaire sa technique. Malgré cela, il n’a réalisé « que » 70% des prestations du film, le reste ayant été doublé par son professeur. Comme son personnage, la performance du jeune comédien lui a provoqué des saignements et nombreuses cloques…

Le réalisateur Damien Chazelle a lui-même été batteur dans un conservatoire de jazz durant quatre ans, avant de se consacrer au cinéma. Il y a vécu des années compliquées et a, avec Whiplash, pu retranscrire ses expériences à l’écran en étant le plus réaliste possible. Il commente : « Il existe beaucoup de films sur la joie que procure la musique. Mais en tant que jeune batteur d’un orchestre de jazz dans un conservatoire, je ressentais bien plus souvent de la peur. La peur de rater une mesure, de perdre le tempo. Et surtout, la peur de mon chef d’orchestre. Avec Whiplash, je voulais réaliser un film qui ressemble à un film de guerre ou de gangsters – un film dans lequel les instruments de musique remplacent les armes à feu et où l’action ne se déroule pas sur un champ de bataille, mais dans une salle de répétition ou sur une scène de concert. »

Il ajoute : « Pour rendre compte des émotions que je ressentais pendant mes années en tant que batteur, je voulais filmer chaque concert comme s’il s’agissait d’une question de vie ou de mort, une course-poursuite ou disons un braquage de banque. Je voulais capturer tous les détails dont je me souvenais, tous les efforts pour parvenir à l’interprétation d’un morceau de musique. Les boules Quiès, les baguettes cassées, les ampoules, les coupures, le bruit du métronome, la sueur et la fatigue. »

Damien Chazelle a reçu le Grand Prix et le Prix du public à Deauville, et Whiplash le Grand Prix du jury et le Prix du public à Sundance.

Un article intéressant donnant le point de vue d’un batteur : http://www.konbini.com/fr/entertainment-2/jazz-konbini-whiplash-batteur/

Les commentaires sont fermés.