Animal

Dimanche 18 Septembre

à 20h.30

-0-0-0-0-0-0-0-0

2 eme soirée dans le cadre de “Les Rendez-Vous Nature “

Animal

de Cyril Dion

Documentaire , 2021, de Cyril Dionavec Bella Lack et Vipulan Puvaneswaran

Après le beau succès de son documentaire Demain, co-réalisé avec Mélanie Laurent et récompensé aux César, le militant écologiste Cyril Dion continue de faire du cinéma un média important pour éveiller les consciences, alerter sur la situation actuelle et propager des motifs d’espoir

.

C’est fort logiquement que son nouveau documentaire était présenté au festival de Cannes dans la rubrique spéciale « Le cinéma pour le climat » instaurée par Thierry Frémaux.

Animal suit deux adolescents, Bella et Vipulan, très engagés pour la cause climatique et le bien-être animal depuis plusieurs années. Prenant part aux mouvements de la jeunesse visant à inciter les gouvernants en place à prendre la mesure de leur responsabilité, ils n’ont ensuite pas hésité à participer à des actions de désobéissance civile et à collaborer avec plusieurs ONG… Sauf qu’ils réalisent que cela ne suffit pas et que les politiques et industriels ne semblent pas résolus à répondre aux enjeux inquiétants autour de l’avenir de la planète, et de l’humanité toute entière.

Sollicités par Cyril Dion, ils ont alors essayé de remonter jusqu’aux causes de cette crise sans précédent qui est en train de nous conduire à une sixième extinction de masse, qui a déjà éliminé 60% des populations d’animaux sauvages vertébrés en moins de quarante ans et 80% des insectes volants en Europe, et qui pourrait bien causer notre perte si l’on ne réagit pas rapidement. Au coeur de ce constat alarmant, notre relation au monde vivant et à notre propre animalité s’affirme comme essentielle.

-0-0-0-0-0-0-0-0

Posted in Non classé | Leave a comment

Rivages – Woman at war

Dimanche 11 Septembre

à 20h.30

-0-0-0-0-0-0-0-0

1 ere soirée dans le cadre de “Les Rendez-Vous Nature “

 

1/ le court

RIVAGES

de Sophie Racine

film muet d’animation, 8 mns 20

 

Avec Rivages nous ressentons le vent et les embruns, juste magique et magnifique.

Une petite île au large des côtes bretonnes; le temps est orageux, le vent souffle, les nuages sombres ont envahi le ciel. La lumière met en évidence, l’espace d’un instant, les silhouettes d’un arbre, d’une maison, d’un promeneur. Puis, l’orage éclate… Un film qui fait appel aux sens, sur l’eau, le vent et la lumière.

-0-0-0-0-0-0-0-0

2/le film

WOMAN AT WAR

de

Benedikt Erlingsson

FILM ISLANDAIS 1h36, 2018

Synopsis: Halla har börjat få misstänksamma blickar – kan denna ensamstående, till synes harmlösa körledare verkligen vara den omtalade kvinnliga ekoterrorist som beslutat sig för att förstöra Islands ekonomi och infrastruktur? Samtidigt som Halla förbereder sig för en omfattande sabotageoperation mot aluminiumindustrin får hon veta att hennes ansökan om adoption av en liten flicka från Ukraina har godkänts. Nu måste hon välja sin väg. (Islandais)

Au commencement était la terre. Un paysage gorgé d’eau, où se découpe la silhouette d’une amazone pointant la flèche de son arc vers les câbles d’une ligne à haute tension. Halla, le personnage, est une guerrière, une militante écologique qui agit seule. Obstinée, déterminée à mettre en difficulté l’industrie locale de l’aluminium. L’un des moyens pour y parvenir est de couper l’alimentation en électricité.

Au deuxième jour, Halla, quinquagénaire tranquille, est de retour dans la vie ordinaire où elle enseigne le chant, pratique le yoga et, fait nouveau, s’apprête à devenir maman. Sa demande d’adoption ayant enfin abouti, il va lui falloir aller chercher la petite fille qui l’attend en Ukraine et abandonner définitivement ses entreprises de sabotage. Mais pas avant d’avoir mené une ultime attaque, la plus dangereuse, contre les pollueurs.

Dans ce cadre qui ne perdra pas de vue son propos, ni l’engagement qu’il défend, et en respectant une forme narrative classique, Woman at War se hasarde ensuite à des dérèglements où l’inattendu surgit par des voies (et des voix) diverses. Le film multiplie les pistes narratives et les genres, construit un récit foisonnant, conduit à un voyage dont il se plaît à nous distraire pour mieux en cacher la destination.

-0-0-0-0-0-0-0-0

 

 

 


 

Posted in Non classé | Leave a comment

La traversée

Dimanche 28 Aout

à 20h.30

-0-0-0-0-0-0-0-0

 

Soirée spéciale

1 / PROJECTION  du long métrage d’animation La Traversée  de Florence Mialhe .

2/ Discussion en salle avec la réalisatrice.

3/ Collation devant le cinéma en collaboration avec “Les Arts Vagabonds” qui auront proposé des expositions dans notre région tout le week-end.

(http://arts-vagabonds.com/).

-0-0-0-0-0-0-0-0

 

le film :

La Traversée

 de Florence Mialhe

film sorti en 2021,  scénarisé  par Florence Miailhe et Marie Desplechin, réalisé par Florence Miailhe.

Un village pillé, une famille en fuite et deux enfants perdus sur les routes de l’exil….Kyana et Adriel tentent d’échapper à ceux qui les traquent pour rejoindre un pays au régime plus clément.

Au cours d’un voyage initiatique qui les mènera de l’enfance à l’adolescence, ils traverseront de multiples épreuves, à la fois fantastiques et bien réelles pour atteindre leur destination.

 

 

Appartenant à une famille qui a plusieurs fois souffert de l’exil (ses grands-parents ont fui Odessa au début du XXe siècle, sa mère et son oncle juifs ont gagné la zone libre en 1940 pour échapper à la barbarie nazie).

Florence Miailhe marque les esprits depuis des années avec ses films en peinture animée où, d’un coup de pinceau, elle fait basculer le réel dans la pure poésie.

elle a  dévoilé son premier long-métrage, La Traversée , dans le cadre de la compétition du 60e Festival international du film d’animation d’Annecy (14-19 juin). Miailhe a déjà plusieurs prix à son actif dans le domaine de l’animation. Elle a créé un style d’animation expérimental nommé “motion paintings”. Cette technique unique consiste à peindre directement devant une caméra de manière à saisir chaque modification de l’image. Miailhe est reconnue pour ses peintures à l’huile sur verre.

Ses films sont une plongée saisissante dans la matière même des couleurs, au service de chroniques (Au premier dimanche d’août), de contes (Shéhérazade, Conte de quartier) ou de récits (Hammam). La femme, les femmes, le corps de la femme, les corps de toutes les femmes y sont toujours mis en valeur. Elle est encensée par les festivals et les spectateurs quand elle commence à travailler à ce long métrage. Il aura fallu onze ans pour que le film soit produit, réalisé et sorte sur les écrans.

L e mariage de la peinture et du cinéma : plus d’info : https://www.arte.tv/fr/videos/105825-000-A/la-traversee-le-mariage-de-la-peinture-et-du-cinema/

 

 

 

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Rhapsodie pour un pot-au-feu et L’auberge espagnole

DIMANCHE 10 JUILLET

à 20H.30

(dans le cadre du Festival Europa de Revel)

-0-0-0-0-0-0-0-0-

le court :

Rhapsodie pour un pot-au-feu

de Charlotte Cambon de la Valette, Stéphanie Mercier, Soizic Mouton

Film d’animation 2012

En deux mots: Un dîner orchestré au poil ! Une fine observation de la cellule familiale à l’heure du dîner. Tordant !!Trois générations d’une même famille cohabitent sous le même toit dans une chorégraphie désaccordée. La mère, chef d’orchestre de la famille, tente en vain de les réunir à table pour le dîner.

-0-0-0-0-0-0-0-0-

le film :

L’auberge espagnole

de Cédric Klapisch

 

Film (2h.) sorti en juin 2002 avec Romain Duris, Cécile de France, Audrey Tautou.

 

Depuis son premier film, « Riens du tout » en 1992, satire du monde du travail, des salariés et des conseils d’administration, Cédric Klapisch s’est attaché à filmer des situations sociales, en suivant des destins entrecroisés dans un contexte précis. Il le fait de façon souriante en évitant tout didactisme. « Le péril jeune » (1994), regard sur la jeunesse des années soixante-dix, tourné pour la télévision sort en salle sans faire l’événement mais, depuis, est devenu culte. Le premier Son premier grand succès populaire de Klapisch est une adaptation d’une pièce de théâtre d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, « Un air de famille » (1996).

 

 

 

Avec « L’auberge espagnole », Klapisch dessine au seuil du 21e siècle le portrait d’une jeunesse européenne à laquelle est promise le plus bel avenir. Film choral tendre et drôle « L’auberge espagnole » n’est pas loin de nous faire croire que la seule belle invention de la communauté européenne est le programme d’échanges universitaires Erasmus. A Barcelone, les colocataires de toutes nationalités n’apprennent pas seulement l’espagnol, ils apprennent à se connaître et à connaître les autres. Il s’ensuit un chassé-croisé permanent qui va de surprises en émotions, de rigolades en questionnements existentiels.

A l’époque Cédric Klapisch ne le sait pas encore mais « L’auberge espagnole » est l’amorce d’une trilogie composée de « Poupées russes » (2005) et de « Casse-tête chinois » (2013).

Mais, on le sait, les premières fois sont toujours les meilleures. Revoir aujourd’hui « L’auberge espagnole » c’est aussi revoir des artistes devenus des vedettes vingt ans plus tard, Romain Duris, acteur fétiche de Klapisch, Cécile de France, Audrey Tautou, Judith Godrèche. Et aussi celle qui joue le personnage de Wendy, l’actrice anglaise Kelly Reilly. Cette dernière, tout comme Judith Godrèche, s’est expatriée aux Etats-Unis, sans que la carrière des deux actrices connaisse un rebond spectaculaire.

Après le succès de « Casse-tête chinois », la filmographie de Klapisch se ralentit. Klapisch tourne pour la télévision (la série « Dix pour cent » pour France 2– un énorme succès). On retrouve le cinéaste avec « Ce qui nous lie » (2017) puis « Deux moi » (2019) ,film sur la solitude des villes et des réseaux sociaux. Et en 2022 c’est l’inattendu et étonnant « En corps », film sur la dance, avec Marion Barbeau, première danseuse du ballet de l’Opéra de Paris. Inattendu et étonnant sauf pour ceux qui se souvenaient que Cédric Klapisch avait déjà tournée pour la télévision en 2010 un documentaire sur la danseuse étoile Aurélie Dupont, « L’espace d’un instant ».

 -0-0-0-0-0-0-0-0-

Posted in Non classé | Leave a comment